Brice Compagnon – Fondateur du magazine WAD et de Casting Office

10 avril 2024

Si une vidéo est présente au sein de cette publication, celle-ci ne sera lisible qu'après acceptation des cookies déposés par notre partenaire YouTube.

Découvrez la Positive Interview de Brice Compagnon, Fondateur du magazine We Are Different (WAD) et de Casting Office.

Assistant de la Directrice de Casting Odile Sarron au magazine « ELLE », puis recruté par Oliviero Toscani pour la marque Benetton, il nous raconte son parcours dans la mode, avec une devise : Normaliser les différences.

Ton parcours en 3 phrases ?

Alors, ce ne sera pas en 3 phrases, mais ce sera en 4 dates. 1987, je commence en tant qu’assistant au casting avec Odile Sarron. 1993, je suis recruté par Oliviero Toscani pour m’occuper du casting et de la production des catalogues pour la marque Benetton, United Colors of Benetton. 1999, je créé, en collaboration avec mon associé, le magazine WAD, We Are Different. Et, en 2001, je créé en parallèle Casting Office, qui est une société de directeurs de casting. 

La pub : est-ce que c’était mieux avant ?

Alors je vais dire que la pub était bien avant et elle est bien maintenant. C’est-à-dire que, avant, il y avait je pense beaucoup plus de liberté. Il y avait moins d’inquiétude par rapport au message qu’on voulait, je pense que la majorité des campagnes pour lesquelles j’ai travaillé avec Oliviero Toscani principalement, ne pourraient pas sortir maintenant. Politiquement incorrectes donc elles ne pourraient pas sortir. En revanche, je trouve que la pub est bien maintenant aussi, parce qu’il y a une plus grande représentativité des minorités, que ce soient des personnes effectivement en surpoids, en termes de diversité ethnique, il y a beaucoup plus de représentativité. Donc, je trouve que, voilà, ça se retrouve : c’était bien avant, c’est bien maintenant. Mais est-ce que c’était mieux avant ? Je ne sais pas. 

Le street casting : efficace contre les stéréotypes ?

Les street-casting, tout dépend de l’axe qu’on donne au street-casting. Moi, j’ai une notion du street-casting, c’est trouver dans la rue ce qu’on ne trouve pas dans une agence de mannequins… à l’époque. Parce que maintenant les choses ont changé et les agences de mannequins se sont… voilà, par rapport aux demandes des créateurs, font beaucoup maintenant de, ce qu’on va dire, de stree-casting. Donc moi mon objectif était de trouver des tronches et trouver des belles normalités : il faut qu’on comprenne que ce ne sont pas des mannequins. Si c’est pour, quand on m’appelle pour faire un casting sauvage pour trouver des filles qui fassent 1,75 m minimum et qui rentrent dans du 34, je dis “non, vous cherchez des mannequins pas chers”. Ce qui n’est pas mon objectif. Moi, si je fais du casting sauvage, c’est vraiment pour montrer une différence, pour qu’il y ait parfois un choc, qu’il y ait ce qu’on appelle des “tronches” dans le bon sens du terme. Et oui, intrinsèquement, ça lutte contre les stéréotypes. On va sortir justement des stéréotypes du mannequin classique. Voilà. 

Voit-on vraiment plus de diversité aujourd’hui ?

Alors, oui, mais en revanche moi j’ai un regard un petit peu particulier parce que dans mes castings, de par Benetton, il y a toujours eu de la diversité, c’était l’ADN de la marque. Donc moi j’ai toujours été habitué à ça. En revanche, il y a une évolution effectivement dans la publicité en général, moi je l’ai vue arriver, je ne vais pas dire que ça m’a amusé mais voilà, j’étais plutôt à l’aide avec ça. Mais effectivement maintenant, dans la pub en général, il y a plus de diversité et il y a des moments de bascule, comme par exemple l’élection de Barack Obama et Black Lives Matter. Ça a été deux moments, pour les personnes de couleur en tout cas, où j’ai vraiment vu un changement rapide et massif, et après ça se tasse. Mais c’est intéressant, parce que justement, après, ça rentre dans la norme. 

Un positive word pour conclure ?

Alors, j’ai une citation déjà, qui a été pour moi une ligne de conduite, c’était Oliviero Toscani qui dit “les imbéciles ne voient la beauté que dans les choses belles”. Voilà donc les gens comprendront ce qu’ils veulent. Moi, ça m’a permis justement de dépasser le côté stéréotype des mannequins et de voir la beauté différemment. Et le petit positive word, ce serait justement “normaliser les différences”, voilà. C’est que tout d’un coup, maintenant, ce serait une normalité universelle. 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous traitons les données recueillies pour vous permettre de laisser des commentaires publics à nos publications.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de portabilité, d’effacement de vos données à caractère personnel, d’un droit à la limitation du traitement, ainsi que d’un droit d’opposition au traitement de vos données. Vous disposez également du droit de nous faire parvenir des directives spéciales relatives au sort de vos données à caractère personnel en cas de décès, et d’introduire une réclamation auprès de l’autorité de contrôle compétente. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles, vos droits et comment exercer vos droits, vous pouvez consulter notre Politique de protection des Données Personnelles.


Lire aussi...

Pierre Galio - Chef du Service Consommation Responsable de l'ADEME

Savez-vous que 68% des consommateurs considèrent que les marques ne leur permettent pas de consommer de manière plus responsable ?Pour en savoir plus, découvrez l’interview de Pierre Galio, Chef du […]

Lire l'article

Violette Viannay - Présidente de l'Association des Personnes de Petite Taille

Pour notre Positive Interview, nous avons eu le plaisir d’accueillir Violette Viannay, Présidente de l’Association des Personnes de Petite Taille (APPT). Elle nous sensibilise sur le nanisme de manière générale […]

Lire l'article

#Positive Talk - Les défis d'une culture et d'une communication au service d'une sobriété désirable, concrète et accessible à tous

Un entretien d’Agathe Bousquet, Présidente de Publicis Groupe en France, avec l’économiste, auteure, enseignante et chercheuse Aurélie Piet, suivi d’une table ronde sur les défis d’une culture et d’une communication […]

Lire l'article
Mentions légales Politique de protection des données personnelles
Aller au contenu principal