Galitt Kenan – Directrice du Jane Goodall Institute en France

20 juillet 2022

Si une vidéo est présente au sein de cette publication, celle-ci ne sera lisible qu'après acceptation des cookies déposés par notre partenaire YouTube.

Suite à notre #PositiveTalk sur le thème de la biodiversité, nous avons échanger avec Galitt Kenan, Directrice du Jane Goodall Institute. Dans cette Positive Interview nous abordons la mission du Jane Goodall Institute, ses actions concrètes, comme l’éducation des jeunes filles, et enfin de l’espoir qui l’anime pour protéger la biodiversité.

Pour en savoir plus sur le Jane Goodall Institute : https://janegoodall.fr/

Question 1 : Quelle est la mission du Jane Goodall Institute ?  

Le Jane Goodall Institute, il a pour vocation d’œuvrer pour un monde meilleur pour les hommes, les autres animaux et la nature. En fait, c’est de protéger les animaux sauvages, particulièrement les chimpanzés, mais pas uniquement, leur habitat naturel, donc en ce qui nous concerne principalement les forêts, et aussi d’œuvrer par, pour et avec les populations locales. 

Question 2 : Des exemples d’actions à impact positif ?  

Ce qui nous tient beaucoup à cœur au Jane Goodall Institute c’est notre action globale, notre action holistique. Par exemple, je sais qu’il y a beaucoup de gens qui ont envie de protéger les animaux sauvages, d’autres qui ont envie de planter des arbres et de restaurer la biodiversité et d’autres pour qui c’est extrêmement important d’accompagner les populations locales dans l’accès à l’eau, à l’éducation, à la santé, au développement économique et social. Ce qui nous semble important à nous au Jane Goodall Institute, c’est cette approche globale, c’est que tout est interconnecté dans le vivant, les hommes, les autres animaux et la nature. Donc quand actuellement nous sommes en train de planter 1,2 million d’arbres en Tanzanie, nous le faisons avec les jeunes gens, avec les jeunes filles, avec l’ensemble des populations qui habitent sur l’ensemble des villages qui sont concernés, donc tout le monde est impliqué. Et en plus on les sensibilise à la protection de la faune sauvage. Avec nous ils vont devenir acteurs et gardiens de cette faune sauvage. Donc c’est cette approche globale qui initialement est partie du fait de planter des arbres mais qui va nous caractériser.  

Question 3 : Comment travaillez-vous avec les entreprises ? 

Au Jane Goodall Institute nous travaillons à la fois avec des petites entreprises comme avec des grandes entreprises installées. Ça peut être de toutes petites entreprises qui sont en train de se créer, comme peut l’être Oregen qui a vocation de lancer une collection de NFT pour sauvegarder les espèces menacées, mais ça peut être travailler avec une boulangerie végétale comme Land&Monkeys beaucoup plus installée bien entendu. Et ça peut être également des grandes entreprises comme Docu Sign qui nous accompagne depuis de nombreuses années maintenant, avec qui on travaille actuellement beaucoup au Burundi sur l’ensemble des aspects dont nous parlions, c’est à dire à la fois la protection de la faune sauvage, de la reforestation et de l’aide au développement économique et social des populations. Ou alors, ça peut être comme nous le faisons actuellement en Tanzanie avec Maison du Monde avec qui nous travaillons aussi depuis de nombreuses années et qui nous accompagne à la fois sur de la recherche, sur notre programme pour les jeunes, bien sûr sur la restauration des sols, la restauration des forêts, de la reforestation, de la sensibilisation de l’ensemble des populations locales, vraiment un travail extrêmement complet. La chance que nous avons c’est d’avoir des entreprises qui ont confiance en nous et avec qui nous construisons le projet ensemble. 

Question 4  : Un positive word pour conclure ?  

Ce mot ce serait l’espoir. L’espoir en action, parce qu’il n’y a ne serait-ce que 10 ans, personne ne parlait de tous ces sujets dont on parle ce soir, personne ne parlait de biodiversité, de la chute de la sixième extinction des espèces. Or aujourd’hui c’est au cœur des consciences, c’est au cœur des réflexions et je l’espère au cœur des actions. 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous traitons les données recueillies pour vous permettre de laisser des commentaires publics à nos publications.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de portabilité, d’effacement de vos données à caractère personnel, d’un droit à la limitation du traitement, ainsi que d’un droit d’opposition au traitement de vos données. Vous disposez également du droit de nous faire parvenir des directives spéciales relatives au sort de vos données à caractère personnel en cas de décès, et d’introduire une réclamation auprès de l’autorité de contrôle compétente. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles, vos droits et comment exercer vos droits, vous pouvez consulter notre Politique de protection des Données Personnelles.


Lire aussi...

Arnaud Gossement - Avocat et professeur associé à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Le 28 avril lors de notre #Positive Talk sur le thème de « L’interdépendance entreprises et biodiversité » (que vous pouvez retrouver ici) nous avons reçu Arnaud Gossement, avocat et professeur associé à […]

Lire l'article

Antoine Cadi - Directeur de la recherche et de l'innovation au sein de CDC Biodiversité

Le 28 avril lors de notre Positive Talk sur le thème de « L’interdépendance entreprises et biodiversité » (que vous pouvez retrouvez ici) nous avons reçu Antoine Cadi, Directeur de la recherche […]

Lire l'article

Case Eco-Socio-Communication SNCF Hexagonal

La 1ère publicité Eco-socio-produite pour la SNCF. Découvrez les coulisses du tournage avec notre cas. Depuis le brief client en passant par la création, la production, la post-production, la diffusion […]

Lire l'article
Mentions légales Politique de protection des données personnelles
Aller au contenu principal