Change Now, édition 2021 – la suite…

7 septembre 2021

Suite à l’édition 2021 de Change Now, la conversation continue avec les Positive interviews de…

Thibaut Guilluy, Haut-commissaire à l’emploi et à l’engagement des entreprises au Ministère du Travail

Votre déclic engagement ?

Un parcours d’engagement venait de tout un tas d’histoires, d’aventures et de rencontres mais s’il y en avait un pour moi, c’est la lecture d’un livre de Dominique Lapierre qui s’appelait “La cité de la joie”. C’était mon premier livre après les Bibliothèques rose et verte et c’est ça qui m’a donné envie de pouvoir m’engager, de partir en Inde à Calcutta pour aller m’occuper des enfants des rues.

Y-a-t’il plus de sens et d’engagement dans le secteur privé ou dans le secteur public ?

En tout cas intrinsèquement dans le secteur public, on est là au service de l’intérêt général, de l’intérêt public, donc de façon consubstantielle, il y a un sens à s’engager dans la fonction publique. Maintenant on peut perdre le sens même dans une organisation qui est au service d’eux, quand on regarde plutôt les moyens, quand on est tourné sur soi et qu’on oublie en fait le bénéficiaire final, la cause finale. Tant qu’on est animé par la cause alors il y a du sens dans le privé comme dans le public. 

Comment l’Etat et les entreprises peuvent-ils aller plus loin ensemble sur ces sujets ?

On parle beaucoup de “Faire société”, c’est comme un concept un peu valise mais en fait, c’est comment donner du sens aux choses qu’on fait, donner de l’utilité à nos entreprises, à toutes les formes d’entreprises finalement dans lesquelles les uns et les autres on peut être engagés à titre professionnel ou personnel. Mais pour faire face à ce défi de trouver un équilibre, entre avancer et progresser, je pense qu’il y a vraiment, absolument besoin de comprendre qu’il faut cesser de dissocier le social et l’économique, l’entreprise et l’Etat. Mais que nous avons besoin d’alliances fertiles et que chacun a un rôle à jouer pour donner du sens in fine à ceux pourquoi nous nous consacrons.

Un positive word pour conclure ?

S’il y avait un mot à retenir, je dirais humilité. Parce que pour essayer d’être positif, d’abord, il faut avoir conscience qu’on est bien peu de chose, qu’on est plein de défauts et qu’à partir du moment qu’on a cette conscience-là, on peut avoir confiance en notre capacité à pouvoir essayer d’amener un petit peu de progrès et de le faire de façon déterminée et durable.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Lire aussi...

Ce qui nous positive : Merci à WE DEMAIN qui nous a proposé une revue de presse quotidienne tout au long de la COP26 pour nous éclairer sur les enjeux et […]

Lire l'article

Ce qu’il faut retenir de la COP26 – WE DEMAIN

Ce qui nous positive : Merci à WE DEMAIN qui nous a proposé une revue de presse quotidienne tout au long de la COP26 pour nous éclairer sur les enjeux et […]

Lire l'article

Les hommes estiment être trop stéréotypés dans les publicités - E-marketing

Ce qui nous positive Une étude du site aufeminin et de la plateforme Toluna a été menée pour étudier la représentation des hommes dans les publicités et à la télévision. […]

Lire l'article
Mentions légales Politique de protection des données personnelles
Aller au contenu principal