Alizée Lozac’hmeur – Cofondatrice de Makesense

15 février 2020

Si une vidéo est présente au sein de cette publication, celle-ci ne sera lisible qu'après acceptation des cookies déposés par notre partenaire YouTube.

Makesense en résumé ? 

La raison d’être de Makesense c’est d’inspirer et d’accompagner tous ceux qui ont envie de contribuer à construire une société durable et inclusive, tous ensemble. Makesense en quelques mots c’est une communauté de citoyens qui s’engagent sur les grands défis de notre société, des programmes d’accompagnement pour de jeunes entrepreneurs sociaux, c’est également l’accompagnement d’entreprises et d’organisations qui ont envie de se transformer pour résoudre les défis sociaux et environnementaux. 

Avez-vous une évolution sur l’entreprenariat social ?

Avec Makesense on travaille depuis 2010 sur l’émergence et le développement de l’entreprenariat social, on voit clairement que la tendance est en forte croissance avec d’une part de plus en plus de jeunes et de citoyens qui s’intéressent à combiner la logique de l’économique avec la logique de l’impact social et environnemental. Aussi, de plus en plus d’entreprises qui ont envie de s’engager dans cette direction et de collaborer avec des entrepreneurs sociaux et aussi les acteurs publics qui de plus en plus s’approprient cette dynamique-là. Notre rôle avec Makesense c’est à la fois que tous ces acteurs puissent s’engager et si possible collaborer pour le développement de l’entreprenariat à impact social et environnemental. 

Pensez-vous que le social business apporte une réponse aux jeunes en quête de sens ? 

Le social business et plus globalement la transformation des entreprises, des organisations vers plus d’impact social et environnemental, peut clairement répondre à la quête de sens des jeunes qui de plus en plus fusionnent une quête de sens personnelle avec une quête de sens pour la société et pour l’environnement et cette notion de « comment je vais trouver le sens moi-même et comment je mets mes compétences au service de la société  et de l’environnement » est de plus en plus forte et donc monter son entreprise sociale mais aussi rejoindre une entreprise qui va développer des modèles à plus fort impact, répond clairement à ce besoin et ces attentes. 

Selon-vous, quelle est la place des femmes dans l’entrepreneuriat social ? 

Les femmes ont clairement leur rôle à jouer dans le développement de l’entreprenariat social, mais comme elles l’ont dans tous types d’entrepreneuriat. Je pense que ce qui est vraiment très fort dans l’entrepreneuriat social et environnemental, c’est la notion de diversité. On ne peut pas régler les problèmes de la société, des différentes facettes de la société, si on est juste des hommes de 40 ans. Donc clairement la notion de diversité des Hommes, mais aussi des différentes classes sociales, origines culturelles ou ethniques est absolument clé si on veut développer des modèles d’entreprises qui soient vraiment impactant pour tous. Donc les femmes ont clairement leur rôle à jouer. Il y a un petit peu plus de femmes dans l’entrepreneuriat social que dans l’entrepreneuriat classique, cela reste aujourd’hui une minorité et donc il y a tout un enjeu à les accompagner dans l’émergence et dans le développement de leur projet. 

Pour finir, un positive word ? 

J’ai un mot qui vient en tête et que j’aime beaucoup, c’est le mot sens. Je pense que chacun met derrière le mot sens, un sens différent. Mais je fais confiance à toutes les femmes et à tous les hommes pour mettre derrière cette quête de sens, plus de social, plus de sociétal, plus d’environnemental. Je pense que dans les années à venir on verra de plus en plus de personnes qui trouveront leur sens, dans la construction de modèles qui soient plus durables pour les Hommes, pour la planète et plus inclusifs et on va dans le bon sens.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous traitons les données recueillies pour vous permettre de laisser des commentaires publics à nos publications.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de portabilité, d’effacement de vos données à caractère personnel, d’un droit à la limitation du traitement, ainsi que d’un droit d’opposition au traitement de vos données. Vous disposez également du droit de nous faire parvenir des directives spéciales relatives au sort de vos données à caractère personnel en cas de décès, et d’introduire une réclamation auprès de l’autorité de contrôle compétente. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles, vos droits et comment exercer vos droits, vous pouvez consulter notre Politique de protection des Données Personnelles.


Lire aussi...

Arnaud Gossement - Avocat et professeur associé à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Le 28 avril lors de notre #Positive Talk sur le thème de « L’interdépendance entreprises et biodiversité » (que vous pouvez retrouver ici) nous avons reçu Arnaud Gossement, avocat et professeur associé à […]

Lire l'article

Galitt Kenan - Directrice du Jane Goodall Institute en France

Suite à notre #PositiveTalk sur le thème de la biodiversité, nous avons échanger avec Galitt Kenan, Directrice du Jane Goodall Institute. Dans cette Positive Interview nous abordons la mission du […]

Lire l'article

Antoine Cadi - Directeur de la recherche et de l'innovation au sein de CDC Biodiversité

Le 28 avril lors de notre Positive Talk sur le thème de « L’interdépendance entreprises et biodiversité » (que vous pouvez retrouvez ici) nous avons reçu Antoine Cadi, Directeur de la recherche […]

Lire l'article
Mentions légales Politique de protection des données personnelles
Aller au contenu principal