Hélène de La Moureyre – Fondatrice de bilum

15 mars 2022

Si une vidéo est présente au sein de cette publication, celle-ci ne sera lisible qu'après acceptation des cookies déposés par notre partenaire YouTube.

Suite au dernier #PositiveForYou du 10 février dernier nous avons eu l’occasion d’interviewer Hélène de La Moureyre, fondatrice de l’entreprise bilum, spécialisée dans l’upcycling. Durant notre échange Hélène nous présente ce qu’est l’upcycling, comment lui est venue l’idée de bilum mais aussi en quoi cette pratique peut-être une solution pour les marques aujourd’hui. Pour retrouvez bilum c’est ici.

L’upcycling c’est quoi?

L’upcycling c’est le recyclage par le haut « up ». En fait c’est donner une valeur supérieure en termes d’usage ou d’esthétique à des matières ou des objets normalement destinés à être jetés.

Comment t’est venue l’idée de bilum?

bilum est né grâce aux toiles publicitaires géantes, qui à l’époque n’avaient pas de seconde vie, donc en fait, elles étaient détruites. Et ces toiles ont une capacité de résistance et surtout sont extrêmes colorées et pouvaient faire l’objet d’une seconde vie très intéressante, en sacs et accessoires. Et en fait, c’est comme ça que j’ai lancé bilum qui aujourd’hui est un champ beaucoup plus ouvert sur plus d’une vingtaine de matières auxquelles nous donnons une seconde vie en sacs et accessoires, avec un circuit court et local, 100% français.

Le produit dont tu es la plus fière?

J’en ai pas mal en fait, c’est, à chaque nouvelle collection je suis à chaque fois hyper enthousiaste, je pense que c’est ça aussi qui est hyper important dans notre métier. C’est que, on nous envoie parfois des matières, vous voyez le petit gilet de sauvetage d’Air France, je trouve que c’est un objet ludique, patrimonial, hyper inspirant et très symbolique pour nous. Le drapeau français du Grand Palais, pareil, c’est extrêmement symbolique. Malgré tout je pense quand même que les housses de siège du Concorde restent une matière inouïe qu’on ait eu l’occasion de travailler, d’autant plus que c’est, l’intérieur du Concorde avait été imaginé par Madame Andrée Putman, pour laquelle j’ai un immense respect. Mais j’ai envie de vous dire que : bientôt vont sortir d’autres collections, dont on est extrêmement fiers. On est fiers chaque mois.

Quel est l’avenir du l’upcycling pour les marques?

Les marques, je pense que les marques peuvent vraiment, euh fin non ce n’est pas peuvent, les marques s’approprient l’upcycling et justement c’est ce qu’on essaye de leurs prouver chaque jour avec bilum, sachant que 80% de notre chiffre d’affaires est réalisé avec des sociétés. En fait toutes les marques, toutes les maisons, toutes les entreprises ont des matières à jeter, que ce soit des outils de communication, ou même aussi des matières patrimoniales ou très symboliques, comme les gilets de sauvetage d’air France qui sont des outils de sécurité, qui sont jetés régulièrement, qu’on transforme en sacs et accessoires qui sont revendus sur leur propre site. Les uniformes, la gendarmerie nationale, les pompiers, la sncf, il y a des uniformes dans tellement d’entreprises françaises, qui pareils, sont changés régulièrement donc on peut transformer.

Donc, il y a beaucoup beaucoup de matières, si on fouille un peu, qui peuvent être transformées en objets patrimoniaux. D’ailleurs on a l’habitude de dire que bilum confectionne l’héritage des marques à travers leurs propres matières.

Un positive word pour conclure?

Alors moi ça sera des positive words, au pluriel, en fait c’est une phrase que j’emprunte depuis le début à Thierry Tournaud à l’époque où il était président du WWF et qui disait cette chose sublime qui nous anime chez l’upcycling, chez bilum « on ne fait pas la révolution avec du concept, mais avec du désir ».

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous traitons les données recueillies pour vous permettre de laisser des commentaires publics à nos publications.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de portabilité, d’effacement de vos données à caractère personnel, d’un droit à la limitation du traitement, ainsi que d’un droit d’opposition au traitement de vos données. Vous disposez également du droit de nous faire parvenir des directives spéciales relatives au sort de vos données à caractère personnel en cas de décès, et d’introduire une réclamation auprès de l’autorité de contrôle compétente. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles, vos droits et comment exercer vos droits, vous pouvez consulter notre Politique de protection des Données Personnelles.


Lire aussi...

Valérie Martin - Cheffe du service Mobilisation Citoyenne et Médias de l'ADEME

À quoi sert l’ADEME ? L’ADEME accompagne depuis de très nombreuses années les marques, bien sûr, mais aussi les agences et maintenant les régies publicitaires pour, justement, savoir comment communiquer […]

Lire l'article

Olivia Barreau - Directrice Générale et Fondatrice de Moi & Mes Enfants

La monoparentalité est-elle encore un sujet tabou ?  Aujourd’hui, être chef de famille monoparentale, c’est encore un tabou. Tout simplement parce que ce n’est pas quelque chose qu’on a encore […]

Lire l'article

Amélie Deloche - Fondatrice de Post Influence et Co-créatrice de Paye ton Influence

Entrez dans le monde de l’influence responsable avec notre Positive Interview d’Amélie Deloche, Fondatrice de Post Influence et Co-créatrice de Paye ton influence. Marketing d’influence = surconsommation ? Eh bien […]

Lire l'article
Mentions légales Politique de protection des données personnelles
Aller au contenu principal