Marie-Noëlle Bas, présidente de l’association Chiennes de Garde

12 octobre 2021

Suite au dernier débat sur la lutte contre les stéréotypes, la discussion continue avec Marie-Noëlle Bas, présidente de l’association Chiennes de Garde

Racontez-nous le combat des Chiennes de garde ?

Les Chiennes de garde ont été créées il y a un peu plus de 21 ans maintenant, pour lutter contre ce que l’on appelle les violences sexistes symboliques dans l’espace public, dans le langage et dans les images. C’est-à-dire qu’en fait c’est le sexisme ordinaire qui s’exerce par le langage avec des injures, avec le fait que dans les documents administratifs il y avait marqué « Mademoiselle » alors que l’on n’a pas besoin de savoir si on est marié ou pas. Et dans les images puisque nombre d’images, qui nous sont imposées dans l’espace public, étaient des images sexistes, elles le sont de moins en moins mais elles ont permis de conforter le sexisme de l’inconscient collectif.

La publicité sexiste, ça existe toujours ?

Oui malheureusement, la publicité sexiste existe toujours puisque le sexisme ordinaire existe toujours, les stéréotypes existent toujours et même si on voit une amélioration depuis quelques années avec beaucoup moins de femmes dénudées vendant des produits qui ne correspondent pas à leur corps. Aujourd’hui, il y a quand même toujours des slogans et des images qui véhiculent des stéréotypes et donc du sexisme ordinaire.

Quel a été l’impact du mouvement #MeToo ?

Le mouvement #MeToo a eu un impact extrêmement important sur le féminisme mais aussi au niveau sociétal dans l’inconscient collectif des hommes et des femmes du monde entier parce qu’il a porté au vu et au su du monde entier que la violence sexuelle, notamment exercée par les hommes de pouvoir sur les femmes, était subie par des actrices extrêmement glamour très connues dans lesquelles un certain nombre de femmes se reconnaissaient. Ça a permis à l’ensemble des femmes de pouvoir dire oui #MeToo, « moi aussi, j’ai subi des violences », « moi aussi, j’ai subi du sexisme ordinaire » et du coup ça a permis une baisse de la tolérance du sexisme ordinaire auprès de pratiquement toutes les femmes et de très nombreux hommes également.

Un positive word pour conclure ?

Mon positive word sera « vigilance » comme Simone De Beauvoir l’a très bien dit, il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question donc elle alertait toutes les femmes à rester vigilantes contre les agressions ou le sexisme ordinaire subi. Mon mot sera : restez vigilants et restez vigilantes pour toutes les femmes et tous les hommes épris d’égalité.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Lire aussi...

SAATCHI & SAATCHI A LA CONVENTION DES ENTREPRISES POUR LE CLIMAT

Trois transformations pour nous communicants L’agence Saatchi & Saatchi France a rejoint en septembre l’aventure de la Convention des entreprises pour le climat. Participant de la CEC, Olivier Bailloux (Directeur […]

Lire l'article

Pourquoi une plateforme Positive by Publicis ?

En cette période incertaine, beaucoup d’acteurs économiques se sentent à la croisée des chemins. L’un nous mènerait vers une économie plus soucieuse de l’intérêt des générations futures et de la planète. […]

Lire l'article

Martin Besson, Président de l'association Sans A_

Suite au Positive for You « Pourquoi et comment s’engager ? », voici la Positive Interview de Martin Besson, président de Sans A_, association qui vise à rendre visibles les invisibles. Quelle […]

Lire l'article
Mentions légales Politique de protection des données personnelles
Aller au contenu principal